Un nouveau roman-photo court de dix pages pour me dégourdir les jambes:

Cliquez sur l'image pour agrandir

Read More
Commis par pow wow on lundi 26 janvier 2015

Dessin vite fait:

Cliquez sur l'image pour voir la même chose en plus grand

Read More
Commis par pow wow on jeudi 8 janvier 2015

Rions zun peu, puisqu'on veut nous en empêcher:


Read More


CHARLIE HEBDO NON PLUS ! 

Mon tweet du jour: 

 

Hommage aux victimes et paix sur la terre. Bon sang comme je suis triste.

Read More
Commis par pow wow on mercredi 7 janvier 2015

J'ai un problème.  

Bonne année.

Ça me taraude jour et nuit mais moins la nuit si on fait le ratio de taraudage jour/nuit car la nuit je dors du sommeil du juste ou juste de sommeil, ça dépend.  

Vous n'allez pas vous en rendre compte probablement, vous qui vivez dans une bulle, loin des réalités. Je ne veux pas vous accabler, naturellement, car j'ai bon fond, mais il faut bien reconnaître que vous vivez loin des réalités. Des réalités de chez moi. Par exemple si vous habitez Clermont-Ferrand, vous vivez à 350 kms des réalités de chez moi, mais en prenant les petites routes vous vous rapprocherez des réalités de chez moi; mais il faut faire une pause toutes les deux heures car la sécurité routière veille avec son képi et son flashball et quand vous êtes endormi au volant il faut faire une pause et prendre un café en calant votre régulateur de vitesse sur 150km/h et en lâchant le volant quelques minutes pour aller se dégourdir les jambes, sinon c'est l'accident assuré.

Ceci était un préambule de mise en garde, nous ne rions pas de la sécurité nous autres les gens de la campagne; c'est que nous sommes des gens bourrus et sensés, nous ne sentons pas bon il est vrai mais nous connaissons le prix du kilo de patates ramassées à la sueur de la bêche, pas comme ces tafioles de la ville qui se croient tout permis dans les embouteillages aux heures de pointe et qui achètent leurs patates sur internet en tapotant sur leur smartphone, mais bref, passons maintenant à un autre préambule. Ou au sujet du billet directement, nous allons le découvrir ensemble.

De toutes façons je fais ce que je veux ici, c'est mon blog à moi. 

Oui donc.

Bonne année.


Là j'ai foutu une image de bonne année pour souhaiter la bonne année. Bon c'est une vieille image, j'ai pas trouvé pour cette année - et j'ai pas cherché quinze plombes non plus - mais le principe est là, après on adapte par un travail intellectuel simple. Au pire vous foutez un coup de blanco sur votre écran et vous faites un 5 au feutre. Prenez des initiatives un peu merde.


J'ai un problème, et je voulais parler - sérieusement pour une fois - d'un sujet sérieux (oui donc ce n'est pas un préambule on dirait, attendons encore quelques secondes pour confirmation) qui est celui-ci: 

Je n'ai plus d'attrait pour les majorettes (oui re-donc c'est confirmé, je répète, c'est confirmé). Aucun. Rien de rien. Nib de nib comme dirait Jean-Clude (c'est un voisin à moi, j'ai enlevé un "a" quelque part pour préserver son anonymisation).

Pourtant je me souviens bien, je kiffais grave les majorettes il y a quelques temps de ça, quand j'avais six ou sept ans. Il y a une quarantaine d'années donc. Les petites, les grandes, même les grosses, je les aimais, j'étais amoureux des majorettes, avec leurs bottes, leurs collants qui leur faisaient des cuisses soyeuses et leur jupette qu'on voyait leur culotte blanche. Dans la vie, quand je serais grand comme métier, je voulais faire mari de majorette, je trouvais ça prestigieux, c'était la classe. Je me serais marié à dix ans avec une ou plusieurs majorettes, elles auraient défilé, j'aurais suivi la petite troupe marchant en cadence et faisant virevolter son bâton dans les airs, avec moi derrière serrant les mains des badauds qui auraient applaudi et j'aurais dit avec fierté: "-Bonjour, enchanté, c'est moi le mari." J'imaginais le regard admiratif des passants éberlués me demandant des autographes. Voilà. Professionnellement, je me voyais faire carrière dans l'épousaille de majorette. Comme j'ai toujours été un peu mégalo, je m'imaginais faisant mes courses au supermarché précédé d'un défilé de majorettes. Pourquoi pas même ouvrir une usine de majorettes. J'étais émoustillé, j'étais amoureux, j'étais exalté, bref j'étais con comme une enclume. Une enclume mâle bien sûr.

Là c'est une photo d'enclume pour agrémenter un peu la lecture. Si y en a qui y a pas des images en plus que pour lire du texte ils décrochent vite du blog alors je rajoute des images pour capter le lecteur. Je voulais pas foutre une image d'enclume et pis si, je trouve celle-ci super-belle. Si un jour je fais une collection d'enclumes, je m'en achèterai sûrement une comme celle-là.


Eh ben tenez-vous bien, j'ai vu des majorettes y a pas longtemps, enfin y a un moment mais y a pas longtemps quand même, tu fais comme je dis hein, elles étaient sûrement jolies comme des majorettes lambada, j'ai pas vraiment fait gaffe, et je les ai carrément zappées. Les pauvresses. Merde alors, un ancien-futur mari de majorettes, je les ai même pas calculées.  Si c'est pas malheureux.

C'est là que je me suis rendu compte que dans la vie, au fur et à mesure que les années passent, les goûts changent. 

Par exemple quand j'étais petit, je n'aimais pas le vin, donc j'évitais d'en boire trop, car c'était caca. Et maintenant au restaurant, j'ai quarante-neuf ans, quand le serveur vient me demander quel vin je choisis, je ne lui réponds jamais "Non mon brave, avec le menu gastronomique on va prendre du Banga orange parce que le vin c'est caca", et je choisis un bon vin; en fait je crois que j'ai évolué.

C'est dingue.

Pareil avec les pompiers. Comme métier je voulais faire aussi pompier quand j'étais petit, pour avoir un camion rouge qui fonce à mort dans les rues. Puis maintenant je regarde les camions de pompiers sans la moindre envie, pas la plus petite trace d'émotion, d'exaltation, de palpitation ou d'autres trucs qui terminent en tion, comme pétition, malversation, hybridation, pixellisation ou constipation mais aucun rapport j'en conviens c'est juste pour situer. 

On change. C'est fou comme on change.

Ou prévarication, y avait ça aussi. Prévarication. Je viens de l'inventer. On sait pas ce que ça veut dire mais c'est bien hein? Ça fait smart hein? 

Bonne année.

Je connais des mots smart, je pourrais t'en tartiner plein mes textes, ça ferait chouette. L'autre jour à la télé j'ai vu une émission sur le langage, c'était vachement bien. Enfin non c'était dans un livre plutôt. Chez le médecin, dans la salle d'attente. Un livre très bien, sur la couverture il y avait le prince de Monaco impliqué dans une affaire pédophile, Mimi Mathy qui vivait un drame après un accident et le nouvel amour de Patrick Bruel. Du lourd quoi. Je me demande si je suis pas en train de tout confondre. Aaaaaahhh peut-être que oui. 



Ça c'est la bibliothèque de mon village, qui fait médecin en même temps. Bon y a pas les grands classiques de la littérature comme Paris-Moche ou Point de Vue-Images Immondes mais c'est bien achalandé en Glagla et Franche-Démence. Si on veut tout savoir des derniers potins des stars, faut avoir la gastro. Ça tombe bien, c'est dans le même registre.


On change, disais-je.

Avant je chaussais du 12 quand j'étais petit, eh ben maintenant je ne rentre plus dans du 12, il me faut des tailles au-dessus sinon ça me fait mal aux pieds. C'est pas trop moi que je vois changer car on ne se voit jamais changer, mais je me rends compte que le temps avance avec Dame pow wow. Avant elle était svelte et légère, maintenant il faut une grue pour la monter à l'étage ou le concours payant des Déménageurs Armoricains qui ont des chapeaux ronds sur le camion. C'est que j'ai de la patience avec Dame pow wow. Que d'efforts surhumains dois-je déployer, que dis-je, de trésors d'inventivité, pour ne serait-ce que la faire rouler jusqu'au jardin.  

Mais venons-en à notre sujet car ouais ben ça y est, le sujet précédent ne m'intéresse plus, alors autant en changer, d'autant qu'on est au mois de mai bientôt, ça y est bientôt, et en mai on fait ce qui nous plaît, tous les chercheurs en mois de mai vous le diront.

Mon sujet c'était de vous souhaiter une bonne année. 

Y a pas plus con comme sujet hein. 

Bonne année.

Et allez savoir pourquoi en pensant à la bonne année je me suis mis à penser aux majorettes, je ne saurais le dire. Les associations d'idées c'est pas comme les associations caritatives, c'est pas déclaré en préfecture donc c'est pas un truc bien précis régi par des trucs bien réglés. Et si la liberté d'association est une des libertés de notre pays, je ne me prive pas de prendre des libertés d'association d'idées pour bien enfoncer le clou. Et paf.

C'est-à-dire qu'hier, en revenant de mon match hebdomadaire de rugby d'ascenseur que je pratique avec quelques copains (on a écrasé l'équipe adverse par 92 à 5 vers le 30ème étage), en pensant à ce que j'allais écrire pour vous souhaiter une bonne année, sans tambour ni trompette et par association d'idées j'en suis venu à me poser la seule question existentielle qui vaille, celle qui nous taraude jour et nuit, celle qui hante nos rêves et à laquelle nous n'aurons sans doute jamais aucune réponse:

POURQUOI (DIABLE) METTENT-ILS PAR TERRE DE LA PEINTURE QUI COUINE SOUS LES PNEUS DE VOITURE DANS LES PARKINGS SOUTERRAINS ET QUI FAIT COMME SI ON FAISAIT DES COURSES-POURSUITE À 2 À L'HEURE DANS LES TOURNANTS?

 Illustration parfaite de qu'est-ce que je disais. À la vue de cette surface luisante, on sait que les pneus vont faire CRIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII à chaque tournage de volant même pas très prononcé. Et quand y a plein de monde ça fait CRIIIIIIIIIIIIIIIIII dans tous les coins et on ne sait plus où donner de la tête si on vient dans les parkings souterrains juste pour entendre le bruit des CRIIIIIIIIIIIIIIIIIII.

Non je sais pas vous mais moi ça me rend dingue cette histoire.

D'autant que j'habite à la campagne et que je vais jamais dans les parkings souterrains en ville. D'ailleurs je ne vais pas en ville non plus. Mais ça me fait profondément chier, pourquoi font-ils ça?

Avouez que ça vous emmerde aussi de pas savoir hein?

Bon en tous les cas, c'était pour vous souhaiter une bonne année que je voulais vous faire partager ces points de vue tout à fait passionnants.

Si, ils sont passionnants.

Si ma mère n'était pas morte elle vous le dirait que j'ai raison. Elle m'a toujours dit que j'ai raison. Pour elle j'étais le meilleur. Dommage qu'elle ne soit plus là sinon elle m'aurait fait un mot.

"Bonjour, je soussignée maman déclare par la présente que mon fils (qui est le meilleur) a raison de se demander pourquoi y mettent la peinture machin où qu'y dit (des fois je ne comprends pas tout mais c'est quand même le meilleur alors écoutez-le, je vous en prie) et aussi qu'il ne dit pas que des bêtises des fois (mais c'est pas sûr). Fait ce jour le 4 janvier 2015 au cimetière de La Chapelle Saint Mesmin (j'ai les doigts gelés, ça pèle dans mon cercueil purée) pour servir et valoir ce que de droit (ou peu s'en faut) (et merde à tous).  

Maman "

Vous voyez que j'avais raison hein? 

Read More
Commis par pow wow on dimanche 4 janvier 2015
.
Fourni par Blogger.

Google+ Followers

N'oublions jamais !

N'oublions jamais !

RÉALISER UNE DONATION

Mon meilleur profil grec

Ma photo
pow wow
Vanuatu
Regarde dans l'onglet "À propos" là au-dessus si des fois ça te chante.
Afficher mon profil complet

Fais tourner!

Les boutons ci-dessous détectent automatiquement la page sur laquelle vous vous trouvez pour la partager, c'est vachté bien foutu n'empêche.

Touitteur poweur




NOMBRE DE CHATONS ÉTRANGLÉS POUR TROUVER L'INSPIRATION

ESPIONS DE LA NSA

Suivre le blog en recevant un nimèle dans ta boitolette virtuelle

Contrat Creative Commons
Les créations originales contenues sur ce site (textes, dessins, photos, vidéos) hors contenu ne m'appartenant pas (photos, textes, images, codes source, vidéos, logos, marques), sont sous licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.

NOS RÉCOMPENSES, LABELS ET CERTIFICATIONS

Montage créé avec bloggif