Le site Numérama, reprenant un article du Figaro, relate que les gendarmes auraient commencé l'arrestation d'environ 600 personnes sur le territoire ayant acheté des détecteurs de radars, interdits en France, et ce en ayant piraté les bases de données de paiement du site detecteursradars.com, basé en Andorre!

"Pour le citoyen lambda, "le fait d'accéder ou de se maintenir, frauduleusement, dans tout ou partie d'un système de traitement automatisé de données est puni de deux ans d'emprisonnement et de 30000 euros d'amende". C'est l'article 323-1 du code pénal qui le dispose. En revanche, il semble que les gendarmes bénéficient du blanc seing de la justice pour jouer les hackers, y compris à l'égard de sites étrangers.
Le Figaro raconte ainsi que les gendarmes spécialisés en cybercriminalité de Rosny-Sous-Bois ont procédé depuis le début du mois à l'arrestation de propriétaires de véhicules qui avaient acheté sur Internet des détecteurs de radars, dont la détention est prohibée en France. Quelques 600 suspects auraient été identifiés. Mais comment ?
Les «cybergendarmes» ont infiltré le site detecteursradars.com, basé en Andorre, qui propose des appareils pour environ 500€. Ils auraient notamment pu identifier les clients en pénétrant les bases de données des systèmes de paiement. Les listes ainsi obtenues sont minutieusement étudiées et les informations transmises aux antennes locales des gendarmeries qui prennent le relais. L'action est menée en collaboration avec les parquets, qui suivent de très près cette opération, précise la direction générale de la gendarmerie.
Etonnant, à plus d'un titre. D'abord, le fait que la gendarmerie puisse ainsi hacker des sites Internet pour accéder à leur base de données est inquiétant, si ce n'est illégal. Quels sont les délits suspectés qui autorisent la gendarmerie à utiliser de telles méthodes de barbouzes ?
Ensuite, le fait qu'ils puissent le faire contre des sites hébergés à l'étranger semble relever, en outre, d'un problème diplomatique considérable. Qu'en pense l'Andorre ?
L'affaire nous rappelle les révélations qu'avait faite un député, sans avoir l'air de trahir un secret bien gardé, lorsqu'il avait expliqué tout naturellement que les services de renseignement de la police nationale (SDIG) étaient en possession du contenu de certains SMS. A priori sans aucune base légale."

Evidemment, Andorre n'est pas la France. Après le fait du Prince, le fait du co-Prince?

Commis par pow wow on mardi 23 mars 2010
categories: | edit post

0 réactions disproportionnées

.
Fourni par Blogger.

Google+ Followers

N'oublions jamais !

N'oublions jamais !

RÉALISER UNE DONATION

Mon meilleur profil grec

Ma photo
pow wow
Vanuatu
Regarde dans l'onglet "À propos" là au-dessus si des fois ça te chante.
Afficher mon profil complet

Fais tourner!

Les boutons ci-dessous détectent automatiquement la page sur laquelle vous vous trouvez pour la partager, c'est vachté bien foutu n'empêche.

Touitteur poweur




Tout le passif du blog

NOMBRE DE CHATONS ÉTRANGLÉS POUR TROUVER L'INSPIRATION

ESPIONS DE LA NSA

Suivre le blog en recevant un nimèle dans ta boitolette virtuelle

Contrat Creative Commons
Les créations originales contenues sur ce site (textes, dessins, photos, vidéos) hors contenu ne m'appartenant pas (photos, textes, images, codes source, vidéos, logos, marques), sont sous licence Creative Commons Paternité - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 2.0 France License.

NOS RÉCOMPENSES, LABELS ET CERTIFICATIONS

Montage créé avec bloggif